Des outils juridiques et des actions concrètes pour (r)établir la justice et préserver la vie sous toutes ses formes

Search
Close this search box.

Accord de l’OMS sur les pandémies et règlement sanitaire international (R.S.I.), failles et critiques

Conférence avec Astrid Stuckelberger et Virginie de Araújo-Recchia en date du 18 avril 2024

En syn­thèse : Le pro­jet d’ac­cord de l’OMS sur les pan­dé­mies (ver­sion du 13 mars 2024 A/INB/9/3), qui pour­rait être rati­fié par le Pré­sident de la Répu­blique, indique en ses articles 24 et 26, d’une part, qu’il n’y a pas de trans­fert de com­pé­tence au béné­fice du secrétariat/du direc­teur de l’OMS.

D’autre part, les amen­de­ments au RSI, non sou­mis à rati­fi­ca­tion, doivent être com­pa­tibles avec l’ac­cord de l’OMS sur les pan­dé­mies. Qu’ainsi, le RSI ne peut por­ter atteinte à la sou­ve­rai­ne­té de l’État, en vio­la­tion de la Charte des Nations unies et de la consti­tu­tion de l’OMS, laquelle n’a pas été révi­sée en vue d’un trans­fert de com­pé­tences.

Par consé­quent, le RSI ne pour­ra pas être adop­té en l’état et des réserves doivent être pro­po­sées par les repré­sen­tants des États étant don­né que les deux textes sont contra­dic­toires (les recom­man­da­tions ne peuvent être ren­dues contrai­gnantes).

C’est d’autant plus vrai, que ces recom­man­da­tions sont pous­sées par le sec­teur pri­vé, pour des inté­rêts pri­vés. Par ailleurs, l’ac­cord de l’OMS sur les pan­dé­mies rap­pelle qu’il n’est pas por­té atteinte aux autres ins­tru­ments inter­na­tio­naux juri­di­que­ment contrai­gnants.

Au niveau interne, étant don­né que le RSI, s’il venait à être adop­té en l’état, n’aura pas été rati­fié par le Par­le­ment fran­çais confor­mé­ment à l’article 53 de la Consti­tu­tion, qu’il viole la Consti­tu­tion de l’OMS, la Charte des Nations-Unies et qu’il contre­dit le pro­jet d’ac­cord sur les pan­dé­mies, por­tant ain­si atteinte à la sou­ve­rai­ne­té de l’État, il devra être écar­té.

Bien enten­du, nous avons pu voir qu’en l’absence de révi­sion du RSI et d’ac­cord sur les pan­dé­mies, les États ont tout de même sui­vi à la lettre les recom­man­da­tions de l’OMS lors de la der­nière crise et que les juri­dic­tions admi­nis­tra­tives et judi­ciaires ne remettent pas en cause la parole poli­tique et la parole scien­ti­fique unique média­ti­sées. Or, les mesures qui restreignent les droits au nom de la pro­tec­tion de la san­té publique doivent être néces­saires, adap­tées et pro­por­tion­nés et en fonc­tion des cir­cons­tances natio­nales.

Nous avons pu voir que les mesures pro­po­sées ne sont ni néces­saires, ni adap­tées, ni pro­por­tion­nées. Nos obser­va­tions seront trans­mises aux repré­sen­tants de l’État fran­çais, Jérôme Bon­na­font Ambas­sa­deur, Repré­sen­tant per­ma­nent de la France auprès de l’Office des Nations unies à Genève et des orga­ni­sa­tions inter­na­tio­nales en Suisse en charge des négo­cia­tions (Genève, Suisse), ain­si qu’au direc­teur régio­nal de l’OMS pour l’Europe le Dr Hans Kluge (Copen­hague, Dane­mark). D’autres démarches seront enga­gées avec le concours du Dr Stu­ckel­ber­ger.

Cha­cun pour­ra relayer cette vidéo, s’il le juge utile, afin d’apporter de la trans­pa­rence dans ce débat qui nous concerne tous.

Partagez cet publication sur :

Logo du site

Espace en cours de construction…
mais vous pouvez nous soutenir en attendant

Logo du site
Logo du site